[121007-39v1.5]Sous le soleil de Bourgone

Le jeu online des stratagèmes médiévaux
Alexey
Newbie
Messages : 1
Inscription : Lun 15 Oct 2007 17:03
Contact :

Messagepar Alexey » Mar 16 Oct 2007 17:21

Les troupes s'enfonçaient de plus en plus dans un paysage moins connu, à mesure qu'elles s'éloignaient de la citadelle des Dix Joncs. Leur procession rendue lente par la présence de piétaille à la lance pointue mais lourde progressait lentement à travers les chemins et forêts, au milieu du paysage valonné des Vosges. Une bête hennissait parfois tandis qu'une autre chiait avec bonne humeur, au milieu du vacarme des chants des soldats.
Je prenais de mon côté un malin plaisir à coller le comte avec une persévérance sans bornes. Sa sécurité passait avant tout, tel était le sens du serment que je lui avais prêté.

Isaac de Fétinillac, deuxième Comte du Hainaut, était un personnage atypique, mais il n'en restait pas moins mon oncle. Il n'avait pas franchement le sens de la guerre et je le servais de mon mieux. Lorsqu'il parlait de la Lorraine, c'était avec ce regard enflammé, hurlant de tout son saoûl qu'il s'agissait de ses terres et qu'elles lui appartiendraient bientôt de nouveau. Et pourtant, il n'entendait rien à la guerre et était bien incapable de mener un combat de front. Pas plus que de manier un arc d'ailleurs. En duel, oui, il était doué. Je l'avais vu participer à quelques joutes et il m'avait toujours fait forte impression. Mais il n'avait pas le charisme et la sauvagerie d'un combat sauvage entre deux hommes dont l'un perdrait la vie à coup sûr.

Lorsque nous sommes entrés en Lorraine, quelques fermiers avaient protesté. Nous nous étions arrêté afin de réfléchir à ce qu'il convenait de faire d'eux. Le Comte avait suggéré de les passer par le fil de l'épée, tout simple, et quelques chevaliers abondèrent dans son sens.
Je m'y étais opposé.
Ne voyez pas en moi un philanthrope, mais ces hommes auraient un jour à nous servir, et il fallait songer à l'avenir du Comté. A quoi bon se passer de leurs services, sous prétexte qu'aujourd'hui, ils sont le peuple lige d'un autre seigneur ? Bientôt, ils nous appartiendraient, et un cultivateur était l'arme d'une grosse citadelle.

Nous ne fûmes découverts qu'à une trentaine de kilomètres de la ville de Strasse Bourg, capitale du tissu et du comté de Lorraine. L'ambition d'un duché de Bourgone réunifié qui s'étendrait de la Champagne jusqu'au nord de la Provence avait germé dans l'esprit du Comte et ses yeux brillaient d'une leur démente.
Bientôt, une armée vint à notre rencontre. Elle était bien plus réduite en nombre et quelques hommes ricanaient.
Je leur avais pourtant toujours appris à respecter l'adversaire, quoi qu'il arrive.

Revenir vers « Comtes & Conquêtes »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités

cron